The Eternal Feminine – LOLA CARRIAT – 3′

The Eternal Feminine – LOLA CARRIAT – 3′

The Eternal Feminine – LOLA CARRIAT – 3′

Chez Cacti, on adore le cinéma, surtout quand il est court et intense, alors toutes les semaines on a choisi de vous présenter un court-métrage de quelques minutes, à regarder n’importe où, n’importe quand, et dans n’importe quelle position.

 

Synopsis

Le corps féminin est exposé dans son état le plus neutre et naturel. Il n’est pas sexuel, il n’est pas modifié, il n’est pas idéalisé. Il est poilu, il est abimé, il est singulier, il est disgracieux. Il n’est pas fait pour être beau. Mais il l’est par nature, malgré son éloignement des codes de la féminité telle qu’on la connait, telle qu’on la décrit.

“Les ruines ont un rôle majeur dans un paysage admiré, comme la tâche de peinture singulière forme la signature de la peinture. Qu’y a t-il de plus beau qu’un défaut? Le grain d’une image? La singularité attachante? La beauté de la réalité devrait aussi être la beauté du cinéma, des images, des médias. Le corps féminin accepté est celui qui est sexualisé, idéalisé, modifié ou pire comparé. Pour une audience il n’y a rien de plus choquant qu’un poil, ou un bouton. Seriez-vous gênés de vous identifier à cette nudité plus qu’à celle exposée habituellement? Aimez votre corps, quelqu’un l’aime déjà, c’est certain.
Quelqu’un m’a dit qu’il n’avait pas pu regarder ce flm en entier car ça lui avait donné envie de vomir. Puis le film a été censuré sur certains réseaux sociaux. C’est à ce moment là que je me suis dit qu’il fallait en faire encore beaucoup des films comme ça, au moins jusqu’à ce qu’il vomisse parce que ça va toujours mieux après.”

 

The Man with the Beautiful Eyes – JONATHAN GODSON & BUKOWSKI – 6′

The Man with the Beautiful Eyes – JONATHAN GODSON & BUKOWSKI – 6′

The Man with the Beautiful Eyes – JONATHAN GODSON & BUKOWSKI – 6′

Chez Cacti, on adore le cinéma, surtout quand il est court et intense, alors toutes les semaines on a choisi de vous présenter un court-métrage de quelques minutes, à regarder n’importe où, n’importe quand, et dans n’importe quelle position.

Un jour, Gainsbarre et Baudelaire ont fait l’amour, dans une dimension que nul ne soupçonne alors, un homme remplis de molards et d’étoiles est né. Bu-kow-ski, trois syllabes qui fleure bon le sexe, le scandale, et le tabac mouillés, trois syllabes qui respire la mélancolie et les verres oubliés en fin de soirée.
The Man with the Beautiful Eyes est un des derniers poèmes de Bukowski, où il se rappelle son enfance et ses aventures. Jonathan Godson à eu la très bonne idée d’animer ce poème, de lui donner lumière à travers des collages, des petits papiers et des dessins.

when we were kids
there was a strange house
all the shades were
always
drawn
and we never heard voices
in there
and the yard was full of
bamboo
and we liked to play in
the bamboo
pretend we were
Tarzan
(version complète) 

The Man with the Beautiful Eyes – Jonathan Godson

Par Camille Dochez

Hey Pressto – DBLG + ANIMADE – 0.39′

Hey Pressto – DBLG + ANIMADE – 0.39′

Hey Pressto – DBLG + ANIMADE – 0.39′

Chez Cacti, on adore le cinéma, surtout quand il est court et intense, alors toutes les semaines on a choisi de vous présenter un court-métrage de quelques minutes, à regarder n’importe où, n’importe quand, et dans n’importe quelle position.

Cette semaine on vous présente Hey Pressto, un très très court-métrage réalisé par une boîte de design anglaise (DBLG) et un studio d’animation (Animade).
Réalisé avec des “tampons” en relief imprimé avec une imprimante 3D, Hey Pressto allume et éteint des tétons, fait courir nos aisselles, et jouer nos culs au tennis.
Et vous savez pas la meilleur ? Le directeur photo de ce court-métrage n’est autre que Malcolm Hadley qui viens de signer le dernier long-métrage de Wes Anderson : Isle of Dogs. On vous invite à faire une  petite ballade sur son site qui regorge de surprise et de pingouin violet.


Hey Pressto from DBLG on Vimeo.

Par Camille Dochez

J’aime les filles – DIANE OBOMSAWIN – 8′

J’aime les filles – DIANE OBOMSAWIN – 8′

J’aime les filles – DIANE OBOMSAWIN – 8′

Chez Cacti, on adore le cinéma, surtout quand il est court et intense, alors toutes les semaines on a choisi de vous présenter un court-métrage de quelques minutes, à regarder n’importe où, n’importe quand, et dans n’importe quelle position.

Cette semaine on vous présente le court-métrage d’animation de Diane Obomsawin, produit par l’Office National du Film du Canada ; J’aime les filles.

Un court-métrage chorale à plusieurs voix. Elles y raconte cette fois, cette fois précise.

lesbian GIF

Synopsis 

Charlotte, Mathilde, Marie et Diane racontent avec franchise et candeur leurs premières histoires d’amour. Pour chacune d’entre elles, le moment de l’éveil sexuel a rejoint une prise de conscience identitaire : la découverte du désir homosexuel.

Crédits – Diane Obomsawin

Next Floor – DENIS VILLENEUVE – 12′

Next Floor – DENIS VILLENEUVE – 12′

Next Floor – DENIS VILLENEUVE – 12′

Chez Cacti, on adore le cinéma, surtout quand il est court et intense, alors toutes les semaines on a choisi de vous présenter un court-métrage de quelques minutes, à regarder n’importe où, n’importe quand, et dans n’importe quelle position.

Cette semaine dans la catégorie ils-ont-réalisé-des-courts-métrages-et-maintenant-ils-réalisent-des-blocks-busters-avec-des-budgets-à-quatorze-chiffres je demande Monsieur Denis Villeneuve avec son court-métrage magistral Next Floor.
Denis il réalise Next Floor en 2008, juste après Maëlstrom un de ses premiers long-métrage, on vous le conseille parce que dedans il y a un poisson qui parle, et aussi parce qu’il est vraiment bien. Next Floor c’est d’abord une histoire de nourriture, d’appétit, de carne et de désir. Ca nous rappelle les doux moments passés devant “La Grande Bouffe” de Ferreri, et puis on se pose la question : “Aurais-je dû éviter de reprendre quatre fois de ce met succulent ?”
Après Next Floor Denis s’attela ensuite à devenir un des meilleurs réalisateur de sa génération, bravo Denis.

Synopsis : 

Au cours d’un opulent et luxueux banquet, onze convives, servis sans retenue par des valets et des serviteurs attentionnés, participent à un étrange rituel aux allures de carnage gastronomique. Dans cet univers absurde et grotesque, une succession d’événements viendra secouer la procession de cette symphonie d’abondance.

 

Next Floor from Centre Phi | Phi Centre on Vimeo.

What is Beauty ? – ANNA GINSBURG – 3′

What is Beauty ? – ANNA GINSBURG – 3′

What is Beauty ? – ANNA GINSBURG – 3′

Chez Cacti, on adore le cinéma, surtout quand il est court et intense, alors toutes les semaines on a choisi de vous présenter un court-métrage de quelques minutes, à regarder n’importe où, n’importe quand, et dans n’importe quelle position.

Cette semaine dans la catégorie court-métrage d’animation realness on vous présente l’hypnotisant bijou d’Anna Ginsburg, réalisé à l’occasion de l‘INTERNATIONAL WOMEN’S DAY 2018.
Madame Ginsburg fait onduler les caractéristiques de la femme parfaite, s’entrelaçant avec une définition de la beauté toujours en mouvement. On aime parce que c’est bleu, on aime parce que c’est beau.

Synopsis : 

Today I ask what is beauty?
Look how fast its definition evolves. Examine the never-ending yet ever changing pressures on women to conform.

 

(trad. “Aujourd’hui je me suis demandé, C’est quoi la beauté ? Regarde à quelle point cette définition à évoluée. Examine l’incessante pression au quelle les femmes doivent se conformer.”

Crédits – Anna Ginsburg 
Rédigé par – Camille Dochez