Faune, une bijouterie éthique et responsable 

Faune : Bijoux féminins et masculins. Originalité, savoir-faire et engagement sont les maitres mots de la bijouterie. Des créations brutes et raffinées qui réinventent le monde de la joaillerie. 

Valentine, la créatrice de la bijouterie Faune, fabrique de petites merveilles dans son atelier-boutique à Montpellier. Fruit d’une reconversion professionnelle, son métier elle l’adapte aux enjeux de notre société en diminuant son empreinte sur la nature et en aidant une association de défense des Océans. Une bague Pingouin, un collier Baleine ou encore un jonc Bouzigues, toutes ses créations sont réalisées à la main. Rencontre avec Valentine, mi-femme, mi-chat.

Parle-nous de toi. Ton parcours ? Tes passions ?

À la base j’ai fait une formation de graphiste à Montpellier. J’ai ensuite travaillé 7 ans en tant que graphiste à Montréal, à Paris et à Lyon. J’aimais beaucoup ce métier mais le problème c’est que je devenais exécutante sur ordinateur. Je voulais rester dans un milieu de création et d’esthétique mais faire quelque chose de plus concret. 

Les bijoux j’ai toujours aimé ça et le métal m’intriguait. Je voulais faire une vraie formation donc je l’ai faite sur Lyon à la SEPR. J’ai commencé par un CAP « Arts et techniques de la bijouterie option joaillerie » puis « Arts et techniques de la bijouterie option sertissage » pour pourvoir atteindre mon but : ouvrir une bijouterie dans le sud. Dans cette région il n’y a pas beaucoup de sous-traitant comme à Lyon ou à Paris donc il fallait que je sache sertir mes bijoux toute seule pour ne pas déléguer.  

Après avoir mis le plus de cordes à mon arc je suis revenue dans mon pays natal, à Montpellier, et j’ai trouvé un local dans une rue que j’aimais bien. J’ai pris mon local en janvier et j’ai ouvert le 3 mars donc juste avant le confinement. Sur 10 mois d’entreprise j’ai fermé 5 mois. Ce n’est pas le meilleur des démarrages.

Tous tes bijoux portent le nom d’un animal, pourquoi ?

J’ai toujours tripé sur les animaux. Je suis partie sur un truc qui n’est pas du tout une bijouterie traditionnelle. Que ce soit sur les couleurs ou mon choix de nom : « Faune ». Je voulais faire quelque chose d’éthique et responsable. Je donne aussi un pourcentage du chiffre de mes ventes Internet à une association. J’ai choisi Sea Shepherd parce que c’est une ONG qui aide la faune marine et comme je suis passionnée par la mer Méditerranée, je trouvais que ça collait bien avec Faune. 

Collier Paon

Boucles d’oreilles Combattant

Si la créatrice de Faune était un animal, lequel serais-tu ? 

Je pense que ce serait un chat. Ce n’est pas très original mais ma mère m’appelle « chat » depuis que je suis bébé. Même mon copain dit que je ressemble à un chat parce que je me blottis toujours sur le canapé dans un plaid. Pourtant je n’en ai pas et je préfère les chiens mais apparemment je me comporte comme un chat.

Sur Instagram, en dessous de chaque nom de bijoux tu décris une spécificité d’un animal, comment as-tu toutes ces connaissances sur les animaux ? 

Je fais des recherches. En général le nom du bijou je le trouve après avoir eu l’idée de l’esthétique. Je me demande à quoi il ressemble. Par exemple j’ai créé un bijou avec des perles et ça m’a fait penser à une huitre du coup je l’ai appelé Bouzigues. En plus c’est une ville à côté de Montpellier qui fait des huitres alors ce nom allait parfaitement ! 

Je lis pleins d’articles sur les animaux du coup. Quand ça va pas trop je parle de l’extinction de la race et quand ça va mieux j’essaye de me focaliser sur le positif même si je vois pleins de choses négatives.

Tous tes bijoux sont en métaux précieux mais restent plutôt accessibles. C’était une volonté de ta part de rendre tes bijoux accessibles ? 

Oui et surtout j’ai un peu le syndrome de l’imposteur pour être honnête. Je suis arrivée dans cette rue de Montpellier avec un concept simple alors qu’il y a beaucoup de grands artisans bijoutiers dans le quartier.

Je ne fais pas de la « haute joaillerie »  et ce milieu ne m’intéresse pas vraiment quand je vois comment ces bijoux sont souvent fabriqués, bien loin des établis.

Il y a aussi les bijoux faits en série « plaqués or », qui ont des prix parfois hallucinant, c’est fou ! On dupe les gens sur un nom car ce n’est pas écrit que le métal utilisé est du laiton en dessous du plaquage, et que le bijou a été conçu en usine bien loin d’un atelier. J’essaie juste de remettre le vrai prix sur les choses selon ma vision.

Je calcule mes prix en fonction du coût de la matière et de la production pour ne pas abuser de l’appellation « métal précieux ». Après il n’empêche que certain.e.s trouvent mes bijoux chers. Je le justifie avec le prix des matières qui a tendance à augmenter avec la crise et du travail à la main.

Boucles d’oreilles Panda / Collier Merle / Collier Pingouin 

Boucles d’oreilles Scorpion / Collier Lamantin

Tu ne crées pas uniquement des bijoux puisque tu proposes aussi de réparer ou de donner une nouvelle beauté à nos bijoux. En quoi cela consiste ? 

Pour l’or, tous les bijoux qu’on a envie de transformer et qu’on ne porte plus je les refond et les transforme dans mon atelier. Je ne vais pas échanger dans une banque de métaux parce que c’est souvent ce qui est fait. Généralement il y a un côté économique, écologique et sentimental quand on fait refondre un bijou pour le transformer donc j’attache de l’importance à tout faire dans mon atelier. 

D’autres veulent mélanger deux styles de bijoux que j’ai fais pour en créer un nouveau et c’est intéressant. Si ça reste dans mon esthétique ça ne me dérange pas du tout de créer des pièces uniques

Tous tes bijoux sont en métaux précieux recyclés ou certifiés RJC (label qui garantit les bonnes pratiques d’extraction en matières sociales et environnementales). C’était important pour toi de créer tes bijoux de manière plus raisonnée ? 

Oui vraiment ! Quand je vois tout l’or qui n’est pas utilisé ou qui dort dans les tiroirs, je ne vois pas l’intérêt de continuer à creuser et détruire ce qui reste de notre planète. Les conditions de travail sont quand même assez horribles donc il faut que la nouvelle génération s’en soucie. Dans les produits que j’utilise j’essaye d’être le plus clean possible

Je pense que le diplôme de CAP bijouterie n’a pas changé depuis les années 40. Je me souviens qu’on nettoyait les bijoux avec un type d’acide et qu’ensuite tout allait dans les toilettes. Normalement quand tu utilises cet acide tu dois aller à la déchèterie mais là je ne sais pas vraiment ce qu’ils en faisaient. Du coup même ça je le vire et je trouve des alternatives comme travailler avec du vinaigre blanc. 

En plus de travailler avec des matériaux recyclés et certifiés RJC, 3% du prix de vente en ligne de tes bijoux est versé sous forme de don à Sea Shepherd France. Pourquoi as-tu choisi cette association ? 

C’est une ONG que je suis depuis longtemps. Ils avaient fait une série où on pouvait les suivre sur leur bateau et j’étais vraiment à fond ! Même leur identité de pirate et tout j’adore donc je soutiens à fond !  Si je pouvais j’en choisirais mille mais c’est celle avec qui j’ai eu envie de m’associer pour l’instant. 

Concrètement je peux suivre ce qu’ils font pour la faune marine. Par exemple en ce moment ils sont à Mayotte pour protéger les tortues victimes des braconniers qui les attrapent pour leur viande. J’ai un bijou qui s’appelle « Tortue » donc j’en profite pour partager l’information. 

Bague Porc-épic

Boucles d’oreilles Orque 

Es-tu optimiste pour l’avenir de notre terre ? 

Franchement pas beaucoup. J’aimerais bien mais ce n’est pas le cas. Je ne sais pas si c’est le fait de chercher des informations tous les jours sur les animaux qui me fait dire ça mais en tout cas ce qui nous attend n’est pas forcément très beau. 

Avec ces histoires de confinement on a vu que ça allait un peu mieux sans toute cette productivité mais finalement ça repart de plus belle. Ce n’était pas forcément positif pour les animaux parce qu’ils ont commencé à envahir les villes mais quand tout a repris ça a fait un carnage. Maintenant on autorise même la chasse pendant le confinement… 

J’ai envie d’y croire et c’est pour ça que j’essaye de faire ce que je peux à mon échelle. 

Pendant le confinement comment peut-on acheter tes créations ? 

Quand on est sur Montpellier on peut me contacter sur Instagram pour savoir si j’ai les choses en stock et combien de temps ça prendrait. Il y a une belle solidarité dans le quartier du coup la boutique qui est en face de la mienne m’a proposé de faire du click and collect parce qu’ils sont toujours ouverts. Après sinon il y a le site Internet ! Pour les commandes sur-mesure vous pouvez me faire un mail et j’y répondrai avec toutes les possibilités.

Instagram : @faunebijouterie

Site Internet : www.faune-bijouterie.com