Birthday Girl : Béatrice Dalle

Birthday Girl : Béatrice Dalle

Birthday Girl : Béatrice Dalle

Chaque jour, dans l’intimité de leurs foyers ou à la lueur de bougies maladroitement allumées par un serveur désabusé et encouragés par des chants traditionnels entonnés avec une justesse relative par leurs proches, des millions d’êtres humains fêtent leur anniversaire. Parmi eux figurent beaucoup d’anonymes mais aussi, parfois, une femme au destin exceptionnel ; c’est le cas aujourd’hui. Alors sors ton best of de Patrick Sébastien et chauffe-toi la voix, Cacti t’invite aux 55 ans de Béatrice Dalle !

Béatrice Dalle, pour moi, ça a longtemps été une nana avec entre les dents un écart aussi gros que ses seins, et qui était suffisamment tarée pour sortir avec JoeyStarr, pas vraiment connu à l’époque pour son respect des femmes. Et même aujourd’hui, alors qu’ils brillent tous deux d’une aura nouvelle et sont interviewés dans les médias les plus prestigieux à l’occasion de leur réunion au théâtre (pour Elephant Man aux Folies Bergères), je ne sais pas trop comment gérer la collusion entre l’actualité du combat contre les violences faites aux femmes et la description que Béatrice Dalle fait de son ancien compagnon, qu’elle dépeint comme un homme « tendre et attentionné », alors qu’il a été condamné à deux peines de prison ferme pour coups et blessures volontaires sur son ex, et sur une hôtesse de l’air.

Elle elle l’aurait défoncé c’est sûr

En fait, toute la vie de Béatrice Dalle semble imprégnée d’une sorte de violence urgente, organique. Adolescente, elle verse un somnifère dans les verres de ses parents pour pouvoir fuguer en paix ; ils s’en rendent compte et la font interner pour tentative de parricide. Elle s’échappe le soir même, et quitte Le Mans pour Paris dans la foulée ; elle a quinze ans.

A Paris, elle est repérée par un photographe, pose pour la couverture d’un magazine, et se voit, un peu plus tard, confier le rôle de Betty, une amoureuse folle dans l’adaptation au cinéma du roman de Philippe Djian, 37°2 le matin. Dans le film (spoiler alert), elle s’arrache un œil par amour. Dans la vie, parait-il, des femmes l’ont imitée. « Comment vous vivez avec ça, quand on vous apprend ces mutilations ? », lui demande-t-on dans Vanity Fair. « Je suis désolée, mais très bien. Je ne suis pas responsable. » Elle vit très bien aussi d’avoir mangé un morceau de cadavre, à l’époque où elle faisait avec ses potes des virées dans les morgues. « Olala c’est pas grave, de toute façon, le mec il s’est pas plaint hein, il sait même pas que j’ai mangé ses oreilles ! »
Oui, c’est vrai qu’après tout une fois morte je préférerais me faire bouffer les oreilles par Béatrice Dalle que refiler mon cœur entretenu par des années de footings et de yoga à Dick Cheney.

Dans un dialogue jamais ininterrompu entre sa vie privée et ses rôles au cinéma, elle joue d’ailleurs le rôle d’une cannibale dans Trouble Every Day de Claire Denis… Mais aussi celui d’une sorcière dans La visione del sabba, en 1988. Et si elle ne se définit pas comme telle, elle sait qu’elle en compte parmi ses ancêtres parce qu’elle n’a « pas de lobes d’oreilles. (…) Il y a quand même des femmes qui ont été brûlées pour ça, au Moyen Âge. » Est-ce parce qu’elle n’a pas de lobe d’oreilles qu’elle en a mangé, un peu comme les Magyars qui mangeaient la chair de leurs ennemis pour s’approprier leur force ? En tout cas, elle a autour du poignet un tatouage qui dit, dans l’alphabet secret qu’utilisaient les femmes accusées de sorcellerie pour communiquer entre elles, « Salem » (du nom de la ville américaine où s’est déroulé l’un des plus grands procès pour sorcellerie hein, a priori pas du chat de Sabrina). « Arrache-toi la chair, tue, escalade, mords. », dit un de ses tatouages, citant un poème de Jean Genet. Ça ressemble à l’image que l’on aime se faire de Béatrice Dalle, même si, comme souvent, le plus intéressant est niché dans ce que l’on ne voit pas. Car la suite du poème dit cela :

 

Arrache-toi la chair, tue, escalade, mords.
Mais viens ! Pose ta joue contre ma tête ronde.
Nous n’avions pas fini de nous parler d’amour.

 

Et si Béatrice Dalle, la cannibale, la sorcière, ne faisait rien d’autre que ça : nous parler d’amour ?

 

 

 

 

 

Par Amandine Deguin 

 

Illustration par Lucie Mouton

 

Polyamor par Fanny Magot

Polyamor par Fanny Magot

Polyamor par Fanny Magot

Née à Lyon, Fanny Magot découvre la photographie durant son adolescence.

A travers le film et la photographie, elle se prête au genre documentaire. Attentive aux couleurs et textures, elle se passionne de thèmes relatifs au corps : le rapport que l’on entretien avec lui, et avec d’autres, à travers des relations humaines et amoureuses. Cet intérêt pour le corps humain la mène à suivre de nombreux danseurs, qui, dans leurs vies quotidiennes et leurs performances, s’approprient leur corps tout en repoussant constamment ses limites. Suite à la réalisation de son premier documentaire en 2017 à New York, elle se lie fortement à la communauté de danseurs sur place. Le travail d’improvisation dansée lui plaît pour la liberté et la création qu’elle partage avec ses modèles.

Toujours accompagnée de son appareil numérique Sony Alpha 7II  et de son 50 mm, elle mélange styles et sujets, se faisant croiser disciplines et personnages, alliant paysages urbains et douceur de la peau.

Voici son dernier projet: POLYAMOR

Retrouvez Fanny sur INSTAGRAM et son SITE INTERNET

TON CUL, TON DESTIN (DÉCEMBRE)

TON CUL, TON DESTIN (DÉCEMBRE)

TON CUL, TON DESTIN (DÉCEMBRE)

Hello les kiddos, jingle bells rock et les ventes de costumes de NoEl sexy s’envoleNT (enfin je ne suis pas allée vérifier, mais j’imagine).

Il fait froid, on porte tous trois couches ou plus de vEtements, on a beau Etre en pleine saison du Sagittaire, est-ce qu’on a envie de se désaper et d’avoir froid au moindre mouvement de couette ? Je sais pas vous, mais moi je ne supporte pas Ca. Dites-moi que je ne suis pas seule.

 

BÉLIER

Tu es plus obsédé-e par ta réputation professionnel que par ta vie sexuelle, et à moins que tu trouves une subtile façon de mélanger les deux, je pense que pour toi, on va attendre le mois prochain. 

Ca matche Les Balances, qui comme vous n’ont pas le cul en haut de leur to-do list ce mois-ci. Avec le Diable qui s’habille en Prada.

Ca matche pas Les Taureaux, les Cancers, les Vierges.

TAUREAU 

En véritable signe de Terre, tu fais honneur à ton élément car tu n’envisages plus des rapports qui n’arrivent pas à la hauteur de tes attentes. On dirait presque que tu es Capricorne ! Alors organise des castings pour trouver la ou les perles rares qui te feront passer l’hiver au chaud… Ou investis dans un bon sex-toy, car on est finalement jamais mieux servi que par soi-même.

Ca matche Les Vierges.

Ca matche pas Les Béliers.

GÉMEAUX

Tu as envie d’explorer tes désirs les plus fous, et ça, c’est la faute à Jupiter. Alors, qu’est-ce que tu attends ? Lyon regorge de coins plus ou moins secrets pour donner libre cours à tes désirs. Ose affirmer la créativité propre à ton signe. 

Ca matche Les Sagittaires.

Ca matche pas Les Scorpions.

 

CANCER

Vénus et Jupiter font de ta vie sexuelle un doux mélange de tendresse, de cocooning et de câlins. Un mois de décembre placé sous le signe du Netflix (ou n’importe qu’elle autre plateforme, cet horoscope n’est pas sponsorisé) and chill, et des câlins sous le plaid.

Ca matche Les Lions, les Poissons.

Ca matche pas Les Béliers.

 

LION

On connaît les Lions pour leur côté moi, moi et moi et pourtant, Jupiter et Vénus travaillent de concert pour te faire t’ouvrir aux autres. Alors, mets de côté ton mauvais esprit, je te parle ici d’ouverture du coeur… Et oui, pour mieu accueillir physiquement l’autre, être en phase émotionnellement, parfois, c’est chouette ! 

Ca matche Les Cancers, les Poissons.

Ca matche pas Les Capricornes.

VIERGE

La température monte, et ce n’est pas parce que tu as augmenté le chauffage en douce. Vénus t’apporte sur un plateau les rencontres qu’il te faut, des partenaires qui sauront (soyons poétique) interpréter la partition que tu es avec doigté. 

Ca matche Un-e chef-fe d’orchestre, les Taureaux.

Ca matche pas Les Béliers.

 

BALANCE

Tu te retrouves à gérer les conflits des autres, notamment familiaux, et côté cul bah… Bah c’est le désert. Mais ton côté diplomate et ton envie de réconcilier tout le monde te suffit amplement. 

Ca matche Les Béliers et les Verseaux, vous pourrez partager un chai latte et débriefer sur vos soucis.

Ca matche pas Les Sagittaires.

 

SCORPION

Mars dans ton signe te voit un peu plus agressif-ve qu’à l’habitude. Attention, si dans le cadre de jeux de rôles ça peut être cool, ce n’est pas un mode relationnel à adopter définitivement pour autant. 

Ca matche Les Sagittaires.

Ca matche pas Les Gémeaux.

SAGITTAIRE

Vénus vient se mêler de ta vie intime et réveille tes appétits. Au programme pour toi, peu de sentiments et beaucoup de parties de jambes en l’air, c’est bien pour fêter ton anniversaire.

Ca matche Les Scorpions, les Gémeaux.

Ca matche pas Les Balances.

CAPRICORNE

Vénus et Jupiter font de toi une personne très prisée, je crois que tu vas rendre jaloux Saucisse ! 

Ca matche Les Scorpions.

Ca matche pas Saucisse, les Lions.

 

VERSEAU 

Tu rejoins le club des gens pour qui décembre ne sera pas fun, avec les potes les Balances et les Béliers. Pour toi, l’heure est au bilan de ta vie affective, plutôt que de fuir dans des aventures. Je sais, c’est pas fun, ça me fait pas plaisir non plus parce que je suis Verseau. Bref, je te retrouve au comptoir pour parler de nos vies ?

Ca matche Les Béliers et les Balances, grosse ambiance. 

Ca matche pas Les Poissons.

 

POISSONS

Tu connais la chanson de Brigitte ? “Si j’avais le coeur dur comme de la pierre, J’embrasserais tous les garçons de la Terre, Mais moi j’ai le coeur comme du chewing gum. Tu me goûtes et je te colle.” Bah c’est toi ce mois-ci. 

Ca matche Les Cancers, les Lions.

Ca matche pas Les Verseaux.

 

SAUCISSE

Un conflit éclate entre toi et les Capricornes, tu n’apprécies pas qu’iels te volent la vedette comme ça…

Ca matche Les Scorpions, avec qui tu pourras passer ton agressivité.

Ca matche pas Les Capricornes, évidemment !  

Par Sorcière Lilith
Illustrations par N O E M U