Lettre à Njinga du Ndongo et du Matamba (1583-1663)

by Jun 3, 2019Breaking news pour l'outre tombe0 comments

Reine du Ndongo et du Matamba (Angola d’aujourd’hui), elle est un symbole de la lutte anticoloniale, a mené de nombreuses batailles et est connue pour ses stratagèmes diplomatiques et politiques couronnés de succès.

Chère Njinga Mbandi,

Autant te dire tout de suite que c’est la merde, et qu’on aurait bien besoin de toi aujourd’hui. Pourquoi ? Parce qu’on est en plein backlash antiféministe, raciste, homophobe, enfin contre toutes les luttes qui nous tiennent à coeur.
Backlash ? Littéralement, ça veut dire « retour de bâton », et c’est Susan Faludi qui l’utilise en 1991 pour parler de la vague anti-féministe des années 1980, qui vient balayer tout un tas d’acquis des années 1970. Et clairement, c’est ce qu’il se passe aujourd’hui.

On le savait pour les Etats-Unis, avec l’élection de Trump en 2016 malgré toutes ses sorties plus abjectes les unes que les autres. Et son mandat l’a bien confirmé : c’est un enfant de Pétain raciste, misogyne, anti-féministe, homophobe, transphobe, classiste, et malgré tout bien soutenu. Beaucoup de ses concitoyens partagent ses positions.

Toute l’Europe s’est moquée des Etats-Unis à l’époque, mais il aura seulement fallu 2 ans et demi pour que le backlash traverse l’Atlantique.

En Italie, la Ligue est arrivée à se hisser au pouvoir en formant une coalition avec le Mouvement des 5 étoiles. Leur programme est islamophobe, homophobe, nationaliste et soutient des « valeurs chrétiennes ». Petit exemple : début avril, Matteo Salvini, le Ministre de l’Intérieur italien, a participé au Congrès Mondial des familles (rien que le blaze pue déjà) et y a répété que « la famille, c’est un papa et une maman » . Ce qui est très révélateur, c’est que Salvini défendait des mesures à l’opposé de celles-ci quelques années auparavant, et profite en fait de la vague réactionnaire qui déferle sur l’Europe pour gagner en pouvoir.

En Espagne, le parti Vox a récolté plus de 2,5 millions de voix aux dernières élections nationales. Vox c’est quoi ? Tout ce contre quoi on lutte, réuni dans un parti politique. Tu me crois pas Njinga ? Ecoute ce que Marie-Cécile Naves remarque :

« Ce qui est intéressant avec Vox, c’est qu’autour d’un discours très global sur la menace qui existerait contre l’unité nationale avec les séparatistes, s’y agrègent aussi l’égalité entre les femmes et les hommes, la lutte contre les violences domestiques, le mariage homosexuel, la question de l’avortement et la menace des valeurs traditionnelles. Tout ceci se retrouve dans un discours très identitaire avec des mots très durs, un de ses leaders, Francisco Serrano, parle de “dictature des femelles” et de “djihadisme du genre” »

Et au cas où t’as pas déjà vomi sur ma missive, dernière petite bombe : en 2018, un parti de droite avait besoin d’une alliance avec Vox pour avoir la majorité au parlement régional d’Andalousie. Tu sais ce qu’a été la seule exigence de Vox ? Restreindre la lutte contre les violences faites aux femmes. Je te jure que c’aurait été un bon timing pour te ramener avec ton armée et leur défoncer leur sale patriarcat masculiniste.

J’arrête cette lettre ici, je pense qu’on a atteint le quota de gerberies requises.

Longue vie à nos soeurs italiennes et espagnoles, qui doivent quand même bien en chier.

 

Par Clémentine Biard 

Illustration par Mondstang

 

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *