Le temps est bon, le ciel est bleu, Instagram la tyrannie de la perfection, 29 % des utilisatrices se disent sous influence.

par | Mai 14, 2019 | Le temps est bon, le ciel est bleu | 0 commentaires

Le principe de l’application tient en une phrase « pouvoir partager ses photographies avec son réseau en quelques secondes » selon la page Wikipédia dédiée à Instagram. 

La communauté d’Instagram est souvent décrite comme composée de deux catégories d’inscrits : les utilisateurs et les influenceurs. Un utilisateur est un membre lambda de la communauté, ayant une pratique plus ou moins régulière et souvent très personnelle du réseau social. Un influenceur est un utilisateur un peu différent, qui se démarque par ses followers, par l’influence qu’il exerce et par ses photos d’avocado toast. 

Aussi, on retrouve les mêmes standards féminins de beauté que dans n’importe quel magazine : les influenceuses les plus populaires sont toutes jeunes, minces, parfaitement maquillées et coiffées, au style impeccable et au physique irréprochable.  Les sourires sont figés et sponsorisés,  la pose semble inconfortable mais qu’importe : cela rapporte des likes. Dans un article du Huffington Post Québec intitulé « L’image de la femme parfaite dans notre société », Dina Husseini écrit : « La beauté se manifeste à travers le réseau médiatique, surtout avec l’apparition des top-modèles. Celles-ci incitent, de manière indiscutable, les femmes à aller faire des entraînements d’activités physiques ou de faire des régimes pour maigrir. »

23 % des influenceuses Instagram sont des top-modèles.

Publiée le 8 novembre dernier par les trois universitaires Jasmine Fardouly, Rebecca T. Pinkuset Lenny R. Vartanian, une étude sur l’impact des comparaisons d’apparences faites par les femmes sur les médias sociaux, met en exergue la capacité pernicieuse d’Instagram à susciter chez les jeunes femmes l’envie et la jalousie du corps de l’autre. Sur les 150 étudiantes sondées, la plupart ont même avoué être de plus mauvaise humeur et plus mal à l’aise avec leur apparence après avoir comparé leur corps avec celui d’une Instagrameuse. 

Heureusement, des comptes comme Wondher, Le Salon des Dames, Virginandmartyr et plein d’autres montrent une autre facette d’Instagram et permet de libérer et valoriser la parole des femmes. Le super compte de Celeste Barber reproduit des photos de stars avec dérision et dénonce avec humour la superficialité des posts. 

Faite attention aux réseaux sociaux, il est important de relativiser et de ne pas se comparer aux autres.

 

 Texte – MANON BENBOUDRIOU

Graphisme – Victoria Dubois

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *