Le Salon des Dames – Menstruations/la grande Menstrue : des dessous souillés aux musées

by | Feb 20, 2019 | Le Salon Des Dames | 0 comments

On continue notre collaboration avec la revue Deuxième Temps. Tous les mois, Céline Giraud et Alicia Martins nous parlent de faits de société contemporains et les mettent en relation avec des œuvres et des artistes passé·e·s, présent·e·s ou futur·e·s. Histoire de faire dialoguer tout ce petit monde.

Nommées ragnagna, règles, anglaises en débarquement, les menstruations sont un signe d’un corps en bonne santé. Elles marquent le premier passage du stade de petite fille à celui de femme. Toujours est-il qu’imposées, elles sont parfois douloureuses, indélicates, inattendues. Il existe même une maladie liée à elles, l’endométriose, qui reste décriée par certains membres du corps médical. Pourquoi ? Simplement parce que les menstruations sont tabou. Il ne faut surtout pas en parler, tout ce sang qui sort du vagin c’est dégoûtant. Mais est-ce bien raisonnable ?

Les fluides corporels ont été utilisés dans l’art depuis longtemps, autant pour peindre au Moyen-Âge (nb : le sang était animal) que pour réinventer les médiums classiques comme on le voit dans l’actionnisme viennois des années 60, mouvement sans limites morales. Quelques décennies avant ça Marcel Duchamp éjaculait même sur un tableau afin de le marquer de ce qu’il avait de plus intime et personnel : son sperme. Evidemment, les réactions des publics sont souvent outrées, taquines voire agressives. Et après tout, comment ne pas l’être ? Le scandale est intimement lié à l’art… Seulement lorsqu’il s’agit des règles, là, on sent qu’on touche à un sujet sensible limite répulsif pour certains. Et ça, n’importe quelle femme pourra vous le dire !

Rupi Kaur, photographie de la série “Period” censurée par Instagram

Utilisées par des artistes (quelques féministes, cela va s’en dire) comme un symbole, les menstruations tentent un retour miraculeux : et si elles étaient une fierté, une revendication permettant à chacune de s’affirmer ?

Du sang coulera ce soir

Le sang des règles est censuré. Il suffit de regarder une publicité sur les protections pour le constater : il est bleu et fluide, l’exacte opposé de la consistance des règles. Ce choix a été fait sans doute pour ne pas choquer les âmes sensibles, celles qui le qualifient de honteux car lié à l’intimité et à la sexualité. Seulement, on est à deux doigts de penser que c’est de la désinformation… Pourtant, le sang fait partie de la vie et a été très vite considéré, même par les iconoclastes : Jésus saigne des nombreuses mutilations qu’on lui a fait subir. Nous avons l’habitude de voir de l’hémoglobine depuis bien longtemps et ce n’est pas aujourd’hui qu’on va commencer à s’en offusquer – il suffit de se planter devant les chaînes d’informations.
Pourtant on a attendu les années 1960 pour voir apparaître ce sang des règles sans censure. On remercie bien bas Valie Export et Judy Chicago, qui assument sa provenance. Le Red Flag de Judy Chicago montre en gros plan une femme en train de retirer son tampon.

Red Flag, Judy Chicago, lithographie d’une photographie, 50 x 60 cm

En exposant cet acte de façon claire, l’artiste force le regard à s’y attarder. Avec d’autres de sa génération, elle tente de faire une place aux menstruations dans l’imaginaire collectif, notamment en les présentant comme un symbole de pouvoir, de choix de la femme de ne pas enfanter.
Mais la partie est difficile. Aujourd’hui, l’heure n’est plus nécessairement au choc : on sait que les règles sont là mais on a tendance à les cacher. Et pour briser ce silence, Laëtitia Bourget réalise son journal périodique avec ses “mouchoirs menstruels”.

Laëtitia Bourget, les mouchoirs menstruels, série de 700 mouchoirs, 10 x 8 x 3,5 cm, 1997-2005. Mouchoirs en papier 22 x 20,5 cm, sang, sperme et urine

 

Elle normalise le flux, rappelle qu’il est quotidien et cyclique. D’ailleurs, ce sang n’est-il pas à la fois le plus spécifique mais aussi le plus facile à collecter pour une femme ?

Pour un art naturel
Utiliser le sang des menstruations revient donc à le replacer dans ce qu’il a de plus naturel. Mieux : disponible chaque mois pour beaucoup de femme, ce liquide est facile à se procurer et offre différentes textures et possibilités créatives. C’est ce qu’on peut voir chez Jen Lewis qui l’utilise comme un pigment. Dans le cycle Beauty in Blood, elle le photographie de très près, dans des toilettes. Les macrophotographies détaillent des volutes rouges, loin de l’image mentale véhiculée par les règles. Il s’agit ici de les montrer comme quelque chose de beau, qu’on n’a pas à cacher et qui sort d’une connotation négative. Le titre de cette série annonce et assume parfaitement ce qu’elle traite.
.

Jen et Rob Lewis, Beauty in Blood + Lani Beloso, The Period Piece

Lani Beloso, de son côté, récolte ses menstrues pour peindre avec. Elle explique vouloir transformer cette période douloureuse en un moment de création. On sort de l’idée de beauté pour se tourner vers l’utilisation et l’acceptation.

Amies imposées, les menstruations accompagnent des femmes durant une grande partie de leur vie : elles sont universelles et rassemblent autour d’une même expérience étrange qu’est l’écoulement. Tristement ce caractère universel ne les rend pourtant pas “normales”. Actuellement une grande action de sensibilisation de l’association Care est même lancée pour briser le tabou des règles, encore vues comme indignes dans beaucoup de pays.

En bonus (et pour pousser bien plus les questions qu’on a survolées ici), vous pouvez visionner ce reportage très cool expliquant ce que sont les menstruations, ce qu’elles font sur le corps et comment les gens les perçoivent. 

Céline Giraud & Alicia Martins Fondatrices de la revue Deuxième Temps

Bannière par Rozen Le Gall

 

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *