Le temps est bon, le ciel est bleu, sur 104 plaintes déposées pour des violences gynécologiques, 29 % aboutissent à une radiation du conseil de l’ordre des médecins

par | Fév 6, 2019 | Le temps est bon, le ciel est bleu | 0 commentaires

En Juin 2018 le rapport commandé par la secrétaire de l’égalité femme-homme Marlène Schiappa fait état des violences gynécologiques. 

Les violences gynécologiques et obstétricales désignent tout comportement, acte, omission ou abstention commis par le personnel de santé, qui n’est pas justifié médicalement et/ou qui est effectué sans le consentement libre et éclairé de la femme enceinte ou de la parturiente ou lors du suivi gynécologique. 

 

Il y a de nombreux exemple de femmes qui témoignent de ce fléau qui reste encore tabou. Nina Faure a réalisé un documentaire qui s’appelle «  Paye (pas) ton gynéco » (à voir plus bas). Comme elle l’explique, au début ces violences sont invisibles avec des remarques sur la maternité ou la vie sexuelle de la patiente.

« J’ai été partagée entre le soulagement (je n’étais pas seule) et une colère immense : si l’expérience est tellement partagée, c’est forcément dû à un problème global, systémique. […] Être allongée nue, les jambes écartées, devant quelqu’un qui se permet des remarques déplacées, des gestes brusques et qui méprise notre douleur, ça n’a rien d’une situation  »normale » de suivi médical. La prise de parole sur les violences subies a permis de rendre public le problème, que de nombreuses personnes en prennent conscience. »

 Le rapport montre du doigts des remarques déplacées avec par exemple «Vous avez mal pendant les rapports ? Mettez-y un peu du vôtre». Il y a aussi les violences physiques, les touchers vaginaux sans consentement, la pose de sterilet sans l’accord de la patiente, pratiquer un frottis sans raison valable…

 Pour lutter contre cela, il faut encourager les victimes a porter plainte et faire de la prévention aussi bien aux patientes qu’au personnel médical. 

Texte – Manon Benboudriou

Graphisme – Victoria Dubois

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *