Le temps est bon, le ciel est bleu : seulement 11 % des spectacles humoristiques en festival sont assurés par des femmes.

par | Jan 22, 2019 | Le temps est bon, le ciel est bleu | 0 commentaires

 Un chiffre alarmant sur l’égalité femme-homme dans l’humour. Prenons exemple sur le festival  Juste pour rire, un des festivals francophones le plus célèbre ces dernières années, se déroulant à Montréal et programmant en moyenne 9 % de femmes.  20 % pour le festival Montreux Comedy en Suisse, c’est déjà mieux! Dans l’émission de Ruquier « On ne demande qu’à en rire », on compte en moyenne 1 femme pour 20 hommes.

 

 

La parité est loin d’être respectée. Ce phénomène est présent depuis des années comme l’explique Anne Roumanof :  « Quand j’ai débuté dans La Classe de Fabrice, en 1987, c’était un bizutage sexiste. J’avais 22 ans. Fabrice m’a demandé si je préférais la pénétration anale ou vaginale. Je suis partie en pleurant. Puis, dans les années 1990, on m’a appelé pour “Rien à cirer”, l’émission de Laurent Ruquier sur France Inter, car ils cherchaient une fille (une seule !). Ensuite, j’ai attendu d’avoir 40 ans pour qu’on me confie enfin les commandes d’une émission, sur Europe 1 ! Les dirigeants de chaînes sont des hommes blancs de 60 ans. Oui, il y a de la misogynie. » 

 

 

Une des programmatrices du Marrakech du Rire explique que les femmes humoristes ont souvent le même créneau humoristique : Le féminisme et la vie d’une femme au quotidien et qu’il faudrait diversifier les sujets abordés. C’est sa justification pour la sous représentation des femmes dans ce festival! Nous pouvons constater à travers des témoignages que l’humour des femmes fait tout simplement peur aux hommes. Comme le souligne l’humoriste Blanche Gardin qui confie qu’en 200 représentations aucun homme n’était présent dans le public!! 

 

Malgré ces inégalités flagrantes on peut se féliciter d’un nombre de plus en plus grandissant d’humoristes populaires engagées, chacune à leur manière; avec Anne Roumanof, Sophia Aram pour l’humour politique, Nawel Madani qui raconte le quotidien des femmes ou encore Blanche Gardin qui en Mai 2018 fut la première à décrocher le Molière de l’Humour. Une belle revanche même si le chemin est encore long.

 

 

Texte – MANON BENBOUDRIOU

 

Graphisme – Victoria Dubois

 

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *