Le temps est bon, le ciel est bleu, 3% des plaintes pour viols aboutissent à un procès devant les assises

par | Nov 27, 2018 | Le temps est bon, le ciel est bleu | 0 commentaires

Le premier problème comme nous l’explique Nolwenn Weiler, une des auteures du livre-enquête « Le viol, un crime presque ordinaire », c’est qu’une grande majorité de victimes ne portent jamais plainte :« Il y a un consensus autour du chiffre de 75 000 femmes victimes de viol ou de tentatives de viols par an en France. Le problème est que seulement 10 % des victimes le signalent à la police. »

 


On peut donc se demander pourquoi les victimes de viol ne portent pas plainte. Il y a plusieurs explications plausibles. Selon l’auteur Nolwenn Weiler, les victimes de viols ne savent pas comment situer si elles ont subies un viol. Pour la plupart des victimes, se faire violer signifie être seule dans un parking et se faire agresser par un inconnu. Mais comme beaucoup, la plupart des victimes de viol connaissent leur agresseur. 

 

Le deuxième problème est l’attente entre la plainte et le jugement qui peut prendre entre 3 et 5 ans en moyenne. Constituant une épreuve de plus pour la victime qui doit ressasser son histoire sans cesse. 

 

La requalification des crimes par les tribunaux, encouragée par certains avocats, est chose courante pour désengorger les tribunaux. Selon l’étude de Brachet et Iff, 1 quart des plaintes pour viol étudiées ont été déqualifiées en agression sexuelle, à la demande du procureur. Une autre étude de 1991 sur le tribunal de Nantes, montre que la moitié des affaires jugées comme de simples agressions sexuelles étaient en fait des viols reconnus par les coupables, ou avérés par des expertises judiciaires.
Le chiffre consensus de 75 000 femmes victimes de viol par an en France est basé sur diverses enquêtes sociologiques.

 

Dans l’enquête ENVEFF de 2000 on estimait que 48 000 femmes auraient été victimes de viol. Or, cette enquête comptabilisait seulement les femmes entre 20 et 59 ans.

 

Selon l’enquête Contexte de la Sexualité en France (CSF) de 2006, entre 50 000 et 120 000 femmes sont victimes d’un viol ou d’une tentative de viol par an.

 

Une moyenne de 84 000 femmes (de 18 à 75 ans) victimes de viols ou de tentatives de viol par an est le chiffre que l’on peut tirer à partir des enquêtes « Cadre vie et sécurité » de 2007 à 2012. Sur deux ans ces enquêtes estiment une moyenne de 202 000 victimes de viol ou de tentatives de viol (hommes et femmes) avec une marge d’erreur de 22 000 personnes ; soit 101 000 cas par an.
Tous ces chiffres sous-estiment le nombre total des viols par an puisque la plupart des victimes indiquent avoir subi leur premier viol ou tentative de viol avant leur 18 ans. C’est le cas pour 67% des hommes et 59% des femmes selon l’enquête Contexte de la sexualité en France de 2006.

 

 

 

Cet article me fait froid dans le dos. Alors qui que vous soyez si vous avez été victime d’un viol ou si vous connaissez des personnes dans votre entourage qui en ont été victimes parlez en :

 0 800 05 95 95 « SOS Viols Femmes Informations »
Ce numéro est destiné aux femmes victimes de viol ou d’agressions sexuelles et à leur entourage ainsi qu’aux professionnels concernés

 CF – Collectif féministe contre le viol 


 FNSF- Fédération nationale solidarité femmes
 

 CNIDFF – Centre national d’information sur les droits des femmes et des familles


 Mouvement français pour le planning familial 


 Femmes solidaires


 FDFA – Femmes pour le dire Femmes pour agir


 INAVEM : Fédération nationale des associations d’aide aux victimes

 Association Parler


 

 

Texte – Manon Benboudriou

 

Graphisme – Victoria Dubois

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *