Agathe Villecourt

par | Nov 19, 2018 | Portrait | 4 commentaires

Présentons Agathe façon entretien d’embauche pour commencer!

Agathe Villecourt, 24 ans, taureau,  actuellement animatrice périscolaire en complément de son travail de création sur bois. Voilà, on vous a peint le tableau général. Maintenant que vous voulez en savoir plus, on va entrer dans les détails !

Entre création de meubles et sculpture, Agathe explore tout le potentiel que peut offrir le matériau. Depuis un an, elle expose, vend et propose ses services sur son site La Symphyse (aidé par son père graphiste et son frère web-marketer).

C’est une mise à niveau en art appliqué – après un petit détour par un bac pro vente – qui lui permet de faire enfin ce qu’elle aime. En un an elle découvre plusieurs corps de métier dans l’art dont l’ébénisterie. Un stage chez un ébéniste dans la Drome spécialisé dans la restauration du patrimoine lui met la puce à l’oreille !  Elle trouve sa vocation qu’elle confirme avec un CAP sculpture sur bois où la création artistique prend toute son ampleur. D’avantage dans le toucher, le visuel, le modelage, Agathe consolide sa relation avec le bois ! Mais pourquoi choisir entre construction et création ? Agathe décide d’allier les deux dans son travail.

Agathe ne sait pas trop ce qui l’a attiré vers le bois si ce n’est son feeling. Elle voit ce dernier comme une matière noble et modelable, pouvant se montrer aussi brut et dur que souple et vivant. Il y a aussi cette idée que le bois est une matière accessible, connue et aimée de tous·tes, elle est noble sans être snob.

Dans sa formation d’ébénisterie, la majorité des élèves était féminine et pourtant dans le métier, on retrouve une écrasante majorité d’hommes. Comme dans beaucoup de domaines malheureusement, le monde du travail est plus clément avec les boyz. Les collègues masculins d’Agathe avaient plus de facilité à trouver un stage puis un emploi alors que lorsqu’elle arrivait devant un ébéniste, on demandait tout simplement à Agathe pourquoi elle voulait faire cela.

Agathe sculpte selon son imagination mais répond également à des commandes. La sculpteuse veut avant tout que son travail soit le fruit d’une discussion et d’un échange au sujet de la pièce finale en privilégiant la complicité avec ses client·e·s. Le but étant aussi d’offrir une expérience et la satisfaction d’avoir une création unique modelée suivant ses envies. Lorsque les pièces à créer demandent de l’espace, elle décampe dans la Drome, où la maison de ses parents, anciennement garage automobile, lui laisse tout l’espace nécessaire pour s’exprimer et travailler surtout. L’arrière grand-père d’Agathe lui avait déjà pavé le chemin, ébéniste lui aussi, son stock de bois sert maintenant à son arrière petite fille. Plutôt cool comme fournisseur !

Lorsqu’elle n’a pas la tête dans le bois, Agathe se réfugie aussi dans la musique. Lorsqu’elle était ado, elle se hasarda sur Garage Band sur le Mac de son père, ce qui l’a amené à commencer à chanter et écrire des slams (ouais tout ça !). Depuis elle ne s’est jamais arrêtée et les instruments de Garage Band n’ont plus aucun secret pour elle. Son matériel s’est étoffé avec un synthé midi qui lui permet de créer sa musique expérimentale électronique. Pour écouter ces sons c’est par ici.

La création, que ce soit sur bois ou sur synthé, Agathe la ressent comme une nécessité pour projeter sa frustration, sa colère, sa joie et toutes les autres émotions entre. Elle a trouvé un moyen de s’exprimer autre que les mots, et apparemment ça marche plutôt bien ! 

Portrait – Claudia Bortolino

Photos d’Agathe par Violette Portier

4 Commentaires

  1. Jean-Marie Vieux

    Je ne connaissais pas ce buste et le portrait qui est fait d’Agathe. Je trouve cela fort et porteur d’espoir. Tous mes vœux sincères de réussite t’accompagnent

    Réponse
  2. Cocagne

    Bravo Agathe! Ce buste est magnifique ! Bravo pour cette créativité qui est en toi et qui te caractérise. Bon vent à toi! Je t’embrasse

    Réponse
  3. Drevet

    Magnifique, ce buste est magnifique !
    Carine Drevet

    Réponse
  4. LEO JEAN-PAUL

    Il faut que tu prennes le temps de lire Maëlys de KERENGAL dans son dernier opus, une étudiante apprend à lire les matériaux et notamment le bois, et ton buste m’a aussitôt fait penser à cet apprentissage.
    Il est saisissant de vérité, un câlin semble indispensable….🌕comme ce clin d’oeil à la lune…pleine…
    Des bises à toi l’artiste…

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *