Le temps est bon, le ciel est bleu, le gouvernement est composé à 50% de femmes

par | Nov 6, 2018 | Le temps est bon, le ciel est bleu | 1 commentaire

 

 

Oyé, Oyé, braves gens le rêve s’est enfin confondu avec la réalité !
Je me permets une petite précision historique : Le 29 avril 1945 les Françaises votaient pour la 1ère fois. Il faudra attendre 1947 pour que Germaine Poison-Chapuis soit la première femme à être nommée ministre.

Après des années de lutte, notre combat a enfin été récompensé. Oui ! oui ! Vous ne rêvez pas le premier gouvernement Philippe était un gouvernement paritaire, il comptait autant de femmes que d’hommes.
Mais alors pourquoi ne suis-je pas en train d’écrire des lettres d’amour à ce cher Edouard Philippe ? Tout simplement parce que cette parité gouvernementale ne règle en rien l’absence de femme dans la vie politique française (et que je suis très nulle pour écrire des lettres d’amour).

Permettez-moi une piqure de rappel, selon l’Observatoire des inégalités en 2017, 39% des députés étaient des femmes, 1 siège sur 3 est occupé par une femme au Sénat. Parité on avait dit ?

Il y a des femmes en politique, cependant plus on monte la hiérarchie, plus elles se font rares. Combien sont-elles à occuper des postes à hautes responsabilités ? Combien de femmes ont été Ministre des Armées en France ? ( +1 pour le gouvernement d’Edouard à ce niveau) . Les fonctions régaliennes sont historiquement occupées par des hommes. Rien de mieux qu’un homme pour assurer la sécurité et la défense du territoire, c’est ça le truc ?

Mais j’entends déjà le macho du coin nous répondre avec un sourire idiot :  «Mais cool ma poule, tout roule, des lois sont passées pour mettre des nanas aux commandes », et il n’aura pas tort.
En Janvier 2000 une loi institue pour les scrutins de liste une parité par tranche de 6 candidats, une pénalisation financière a donc était mise en place pour les partis politiques ne présentant pas un nombre égal de candidatures de femmes et d’hommes aux législatives. Pour faire simple, le deal était le suivant : « Mettez des femmes ou payez une amende »
Et c’est comme ça, qu’il y a quelques années, Les Républicains ont préféré payer 35 millions d’euros sur 5 ans plutôt que présenter des femmes.

Nous sommes donc réduits à devoir mettre en place des lois, et utiliser le pouvoir coercitif afin d’intégrer des citoyennes à la vie politique ! Et même avec ce système les partis s’arrangent pour ne pas respecter la loi. Triste bilan n’est-ce pas ?

Certes nous assistons à la féminisation de la vie politique, mais ce n’est pas assez pour le moment. Le gouvernement actuel semble faire des progrès dans ce domaine, mais restons vigilant·e·s car même en marche il est possible de faire un pas en avant, puis deux en arrière.

Texte – Inès Svartz

Graphisme – Victoria Dubois

1 Commentaire

  1. Séraphin champion

    Génialement écrit par une bonne conscience humaniste bravo

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *