1 à 2% des viols aboutissent à une condamnation des auteurs en cour d’assises

by | Apr 26, 2018 | Le temps est bon, le ciel est bleu | 0 comments


Par une chaude journée ensoleillée un constat glaçant vient refroidir l’ambiance… 1 à 2% des viols aboutissent à une condamnation des auteurs en cour d’assises parmi les 10% de plaintes déposées pour viol.
Clairement, on va se laisser quelques secondes pour réaliser l’atrocité de ces chiffres… C’est bon ? Reprenons !
Comment l’expliquer ? Comment expliquer qu’en 2016, parmi les 84 000 victimes de tentative ou de viol, seulement 10 461 femmes aient trouvé la force de porter plaintes ? Et oui, j’ai bien dit « femmes » parce que Breaking News : les femmes sont trois fois plus souvent victimes de violences sexuelles que les hommes. Et bien personnellement je n’arrive pas à l’expliquer, si quelqu’un pouvait d’ailleurs m’éclairer un peu je serais preneuse !
Comme il est commun de l’entendre aujourd’hui dans la bouche de certains hommes et même de certaines femmes (oui, oui je vous l’assure, c’est possible) : « Non mais c’est bon arrêtez de nous casser les oreilles avec ça ! ». Alors oui, en effet même si plus de 500 000 tweets ont été enregistrés avec le #BalanceTonPorc, il n’est pas question d’arrêter d’en parler.

Il est indéniable donc qu’en ce moment avec les affaires Tariq Ramadan, Weinstein et j’en passe, on entende parler des violences faites aux femmes, pourtant personne ne semble vraiment saisir la gravité des faits… Rappelons qu’1 jeune femme sur 10 de moins de 20 ans déclare avoir été agressée sexuellement au cours de sa vie ! Traduction : 1 jeune femme sur 10 de moins de 20 ans a été brisée. Je n’évoquerais pas les conséquences psychologiques, (ça vous dit un truc le Stress Post Traumatique ? Un peu comme dans le film American Sniper mais en beaucoup moins sexy et sans Bradley Cooper), les séquelles physiques, la phobie sociale qui se développe, la peur de l’autre qui naît chez la victime. Je vous invite grandement à vous renseigner à ce propos.
Les chiffres évoqués ici sont alarmants, la situation est alarmante, alors il ne faut pas cesser de se mobiliser contre les violences faites aux femmes. Il est temps de dire adieu au fameux « Ouais, mais t’as vu comment t’étais sappée, faut pas s’étonner après hein… ».

Le viol est le crime le plus répandu en France, et c’est également le plus impuni. Certes, on entend peut-être un peu plus parler des violences faites aux femmes que durant le temps de nos grands-mères, mais vous trouvez ça satisfaisant vous ? Parce que moi non.
 
Texte – Inès Svartz
Graphisme – Victoria Dubois

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *