Lettre à Emma Tenayuca (1916-1999)

par | Avr 23, 2018 | Breaking news pour l'outre tombe | 0 commentaires

Lettre à Emma Tenayuca (1916-1999), militante américano-mexicaine pour les droits des travailleurs, syndicaliste et éducatrice.

Chère Emmatôme (ça va être comme ça tout du long),

Encore une fois, je suis bien dans le thème avec l’actu de la semaine. Alors allons-y pour les nouvelles toutes fraiches (ou pas) du féminisme.

ALOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOORS

T’as sûrement entendu parler de Marlène Schiappa, notre chère et tendre secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les hommes et les femmes. Depuis la création de ce secrétariat, en 1974, des réunions fréquentes étaient organisées avec des associations féministes de « terrain » pour comprendre la réalité de toutes les femmes, et échanger sur des mesures à prendre. Et bien figure-toi, Emmayonnaise, c’est fini tout ça : Marlène Schiappa préfère traiter avec les « plus belles et meilleures femmes de ce pays » : des femmes PDG, blogueuses, élues etc. La crème quoi. Des femmes qui « ne quémandent rien à l’État » et qui se débrouillent toutes seules.
Hmmmmmmmm.
Et du coup, les autres on en fait quoi ? Parce qu’en traitant seulement avec les femmes favorisées, Marlène Schiappa elle oublie toute une flopée de meufs (la majorité en fait) qui ont des choses à dire, et qui ont besoin de l’État pour les faire entendre. -1 pour la représentativité de toutes les femmes, bravo la France.
Mais bonne nouvelle : Caroline de Haas a lancé le Groupe F  le 3 avril dernier, et bordel c’est badass. Basé sur l’action, ce « mouvement de masse » féministe propose de confier chaque jour une mission à ses agentes et agents pour faire reculer les violences faites aux femmes. J’avoue j’ai un peu l’impression d’être dans un épisode de Sweet/Vicious et j’aime beaucoup.
Enfin y’a une archi-montagne de boulot. Et il faut en plus se battre contre celles et ceux qui ne voient pas l’intérêt du féminisme et qui, parfois, s’acharnent même à lui mettre des gros troncs dans les roues. L’antiféminisme, il existe partout, dans les hautes sphères comme dans les classes populaires, à droite comme à gauche. Oui oui à gauche. Bah tu dois le savoir toi, Emmacarena, t’as du te prendre des sales réflexions en tant que femme leader de luttes pour les droits des travailleurs.
T’as jamais entendu la remarque « non mais l’égalité femmes/hommes c’est pour après, d’abord il faut [insérer la lutte prioritaire du moment] » ou « les violences faites aux femmes s’arrêteront quand la violence sera abolie » ? Une de leurs tactiques connues, c’est la « rhétorique de la liste » : ils vont mettre sur une liste des mouvements identitaires (féminisme, anti-racisme, LGBT etc), et ils rajoutent à liste ni vu ni connu un groupe complètement pété, genre le mouvement pour les droits des pédophiles. Résultat : tous les mouvements sur la liste sont discrédités. Emmamaindanstagueule ?
Enfin bon, tu vois le tableau quoi : le féminisme existera tant qu’il le faudra, et bordel c’est loin d’être fini !

Longue vie au reste des femmes ! (coucou Marlène Schiappa)

 
Texte – Clémentine Biard
Dessin – Camille Dochez

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *