Il y a 25,8% de femmes parlementaires en France

par | Avr 19, 2018 | Le temps est bon, le ciel est bleu | 0 commentaires

Aujourd’hui malgré les progrès réalisés pour l’égalité des sexes, la politique reste une fonction majoritairement occupée par des hommes. Un travail de sensibilisation a été effectué depuis quelques années, mais cela reste encore trop peu.
Prenons l’exemple de l’année 2017, la moyenne des femmes dans les parlements est de 25,8% en France, 19,6% aux États Unis, 9,3% au Japon et 14,9 % en Turquie. On peut constater que la situation s’est légèrement améliorée depuis les années 2000 où les chiffres étaient de 12,1% en France, 14% aux États Unis, 7,3% au Japon et 4,2% en Turquie. Ces pourcentages ne remplissent pas l’objectif minimal des Nations Unis qui est de 30%.

La présence des femmes dans les parlements est en légère hausse,  ce qui n’est pas le cas pour les gouvernements nationaux qui sont majoritairement masculins. 

De nombreuses études ont montré que plusieurs facteurs expliquent l’absence des femmes dans la politique, des facteurs d’ordre social, culturel, économique, juridique, politique et personnel entravent la participation des femmes à la vie publique et politique.  Une femme en quête de pouvoir est mal vue : la politique est considérée comme un domaine masculin où tous les coups sont permis. Plusieurs sondages montrent que les électeurs pensent qu’elles seraient inaptes à ce milieu.
L’intervention de quotas a permis ces dernières années d’augmenter la proportion de femmes parmi les décideur·euse·s politiques. Un des exemples les plus probant est la Belgique avec 35% de femmes en chambre parlementaire en 2007 alors qu’en 1997, elles étaient à 12%. En 2002, le pays impose la parité homme-femme. Les quotas ont eu un vrai impact, mais restent très controversées.

Aujourd’hui encore de nombreux progrès restent à faire même si les femmes sont de plus en plus représentées. Pour ne citer que les plus connues, on peut penser à Ségolène Royal qui à été la première femme au second tour des présidentielles en France face à Nicolas Sarkozy. Christiane Taubira, la ministre de la justice sous François Hollande et Marlène Schiappa l’actuelle secrétaire d’état chargée de l’égalité homme-femme.
 
Sources : ODCE Données
 
Texte – Manon Benboudriou

Graphisme – Victoria Dubois

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *