Les actes homophobes ont augmenté de 78%

par | Mar 1, 2018 | Le temps est bon, le ciel est bleu | 0 commentaires

S’il vous arrive de croiser sur votre chemin des génies qui vous disent « Naaan mais aujourd’hui, les pédés ils sont normaux, l’homophobie c’est so 2015 quoi », stoppez les net, et griffez leur le visage… ou informez les de ce que vous savez.

 

Depuis 2013, le nombre de personnes trans, bi et homosexuelles ayant subi des agressions homophobes et transphobes a augmenté de 78%.

Si comme moi, de battre votre coeur s’est arrêté, posez vous deux minutes et laissez moi vous donner 2-3 tips pour comprendre ce chiffre. Cela vous sera aussi utile pour briller en société que pour faire évoluer les mentalités… Certes à votre échelle, mais c’est déjà pas mal, Chantal.
Il faut savoir que les discours et attitudes homophobes sont souvent construit·e·s par ce que véhiculent certains médias et manuels scolaires. Les personnes peu ou mal renseignées vont vite considérer la communauté LGBTIQ comme un danger pour la nation, la religion et les conceptions traditionnelles du genre et de la famille. (Bon, pour vous ça compte pas, parce que vous avez lu Cacti #3. Aller. Un peu.)
L’homophobie c’est la peur ou l’aversion irrationnelle à l’égard de l’homosexualité et des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres, fondé sur des éléments… bah non fondés.
Si encore aujourd’hui, trop de personnes se font agresser pour ces raisons, c’est aussi parce qu’elles vivent dans un système judiciaire dont les lois ne sont pas encore bien foutues: si 72 pays condamnent désormais les crimes homophobes, de nombreuses marches des fiertés et d’autres grands évènement LGBT culturels publics ont été interdits dans 12 Etats européens, et les violences à l’égard des personnes LGBTIQ ne sont pénalisés que dans 18 Etats sur 47. Si si. 
Ne blâmez pas seulement vos voisins réac’, car l’homophobie reste aussi une question d’ordre politique et pénal. Certaines personnes sont victimes de crimes de haine et ne sont ni protégées par leurs concitoyens, ni par leur propre gouvernement. Certains pratiquent ce qu’on appelle l’homophobie d’État, et refusent d’appliquer les droits constitutionnels (tout en reconnaissant les droits de l’homme, sinon c’est pas drôle) et favorisent la persécution et l’agression physique contre la communauté LGBTIQ.
Ces dernières années ont prouvé que les mentalités évoluent… et en bien ! On ne va pas jouer au plus victimisé, et crier vengeance à tous les cisgenres blancs hétéro (y’en a des trèèès bien, promis). Beaucoup de choses se sont arrangées, mais attention : pas sur tout, pas partout, et pas par tout le monde.
PS: LGBTIQ = Lesbienne, Gay, Bi, Trans, Intersexe, Queer
 
Texte – Cécile Giraud
Graphisme – Victoria Dubois

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *