Lettre à Thérèse Clerc (1927-2016)

by | Feb 26, 2018 | Breaking news pour l'outre tombe | 0 comments

Lettre à Thérèse Clerc (1927-2016), militante féministe française pour le droit à l’avortement, la libération sexuelle des femmes, et l’autonomisation des femmes en fin de vie.

Chère Thérèzou,

On va bientôt fêter le deuxième anniversaire de ta mort, et pourtant il s’est passé plein de choses dans le monde de l’émancipation des femmes tu sais, pour le meilleur et pour le pire.
Toi qui a été une grande militante pour la libération sexuelle des femmes, écoute un peu ça. Le grand public a enfin découvert ce qu’était qu’un clitoris grâce à une prof de SVT qui a eu la merveilleuse idée d’exposer à ses élèves une maquette de clito à échelle réelle : + 1 point pour le plaisir sexuel des femmes.

Enfin encore faut-il savoir s’en servir, et ça c’est pas gagné.

 
Heureusement, on peut regarder les films de la nouvelle vague de réalisateurs et réalisatrices porno féministes, Erika Lust en tête.
Des femmes qui jouissent pour de vrai dans un porno, t’y crois toi ? Mais si les femmes ont le droit de prendre du plaisir, leur corps est toujours un terrain de combat.
 
Je t’annonce à toi, qui a lutté pour la légalisation de l’avortement, que les États-Unis sont maintenant dirigés par monsieur Donald Trump (connu pour se vanter d’attraper les filles par la chatte, entre autres). Et bien figure toi qu’il a décidé, dès le début de son mandat, de supprimer les financements des ONG qui soutiennent l’IVG. Non non rigole pas, c’est vrai ce que je te dis là.
Donc en gros, si tu luttes pour faire accéder les femmes aux grossesses planifiées le gouvernement des États-Unis ne te donne nothing at all. C’est cool dans le pays où y’a le plus d’ONG au monde.
 
Sinon, t’as raté un sacré mouvement collectif de libération de la parole autour des agressions sexuelles, les #MeToo et #BalanceTonPorc. Des femmes témoignaient sur les réseaux sociaux des agressions qu’elles avaient subies, et parfois en nommant les responsables. L’omerta est levée ! Aah l’internet peut être beau parfois ; les commentaires de certain.e.s sur ces hashtags, malheureusement un peu moins beau ceux d’Éric Zemmour qui compare ça à la dénonciation des juifs pendant la Shoah, faisant sonner instantanément la clochette du point Godwin).
Enfin bref, tu vois le tableau quoi : du bon, du moins bon, mais « on ne mendie pas un juste un droit, on se bat pour lui », et c’est loin d’être fini.
 

Longue vie aux Babayagas !

 
Texte – Clémentine Biard
Illustration – Mademoiselle Ni 

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *