CARRIE FISHER

par | Fév 20, 2018 | Humourman vous Prézante | 0 commentaires

aka

Les pains aux raisins de la colère.

 

Bonjour. Je suis HumourMan.

Alors c’est la deuxième fois que j’écris quelque chose sur internet du coup j’ai un peu le trac.

Okokokok okok ok okokokok ok.

Cette fois on va parler d’une de mes amoureuses préférées, la maîtresse du badass, la représentation même de l’héroïne, la pionnière du rôle stylé pour une femme dans le cinéma mainstream… j’ai nommé : Carrie Fisher.
C’est celle qui joue Princesse Leïa pour ceux qui n’avaient pas compris. Princesse Leia c’est dans Star Wars. Star Wars c’est des films dans l’espace. Ça va vous situez ? J’en reviens déjà pas de devoir le préciser. C’est dingue. Les gens quoi.
Pour ceux qui le savaient déjà, je vous apprendrai peut-être quelque chose en vous disant que c’est Carrie Fisher qui a créée le rôle de Leia. À la base elle devait être la fameuse « demoiselle en détresse ». Eh bah non. Elle a repris le scénar, réécrit le rôle et en a fait ce qu’on connaît. Par exemple la scène avec le bikini, elle l’a modifiée pour faire en sorte que ce soit Leia qui tue Jabba. Pour ceux qui ont pas vu le film, c’est dans le VI, Le Retour du Jedi, Leia se fait capturer et devient une esclave sexuelle de Jabba le Hutt, une méchante grosse limace.
Eh bien grâce à Carrie, Leia se sauve elle-même. Besoin de personne. Cette genre de thug.

Une autre anecdote connue est que George Lucas, le créateur de Star Wars voulait que Carrie ne porte pas de soutif sous son costume parce que « y’en a pas dans l’espace », et ça c’est une sexualisation du personnage qu’est uuuun peu gratuite. Donc elle a porté le soutif. Nique Lucas.
Mais y’a pas que dans Star Wars que Carrie est carrée avec ses rôles. Par exemple dans The Blues Brothers, elle joue la fiancée de John Belushi, un petit rôle. Mais pourquoi on se souvient d’elle ? Parce qu’elle le poursuit dans tous les Etats-Unis avec un M16 et un lance-flamme vu qu’il a pas été cool avec sa chérie. Je dis cette gow, elle connaissait charo.
 
Et c’est une touche qu’elle a mise dans un peu tous ses rôles, ainsi que dans les scénarii, (c’est comme un cactus, des cacti eh bah un scénario, des scénarii. Bim sauveur du monde du pluriel) sur lesquels elle travaillait.
 
Mais alors Star Wars IV, un Nouvel Espoir un film féministe ?
Eh bien une femme dirige une armée de rebelle en pantalon avec un méga-flingue laser et tient tête au Seigneur Noir des Siths (Dark Vador pour les ignorants), en 1977 dans un méga blockbuster, boum Dab triple fuck : c’est féministe.
Le truc cool avec tout ça, c’est que la saga s’est alignée dessus en donnant à chacun de ses films plusieurs personnages féminins forts, importants, déterminants dans l’histoire et elle continue à le faire avec les nouveaux films.
 
Ayant bossé sur les scripts de presque tous les Star Wars, elle devient une des scripts doctor les plus cotées d’Hollywood.
Une script doctor c’est quelqu’un qui va modifier un scénario pour qu’il soit mieux. Avant il était bien, maintenant il est mieux. C’est ça les bails.
Et en bossant sur ces scénars elle s’attachait à rendre les personnages féminins plus forts et les scènes d’amours plus intéressantes, fidèle à sa volonté d’offrir une meilleure représentation des femmes dans les films.
 
La fiction ça a le pouvoir de la représentation et encore plus dans un gros gros film.
Donc c’est là qu’elle fait fort Carrie Fisher, en utilisant la fiction pour mieux servir la réalité.

 
Et on parle de Star Wars quand même, c’est pas le petit feuilleton des familles sur le journal du coin. Et quand je dis le coin ce n’est pas l’angle droit que forme la rencontre de deux murs en classe dans lequel on va parce qu’on est puni. Et quand je dis puni je ne fait pas non plus allusion à la pratique sexuelle qui consiste à déplacer sa langue sur AAaah non, pardon, trompé de mot, je fais diversion : motocyclette.
Bref, on va dire que vous avez compris. Et regardez the Blues Brothers, vraiment.
 
Nan mais parce que quand même… Carrie Fisher quoi.
 
Texte – Guilhem du Fayet 
Illustration – Studio Liu

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *