aka

La femme la plus belle et la plus dégueulasse du monde.

Bonjour. Je suis HumourMan.

 
Alors c’est la première fois que j’écris quelque chose sur internet du coup j’ai un peu le trac.

Je suis venu vous parler d’un acteur, d’une comédienne, d’une chanteuse et d’une grande personnalité et tout ça, dans le même mec et ça n’a rien à voir avec une partouze.
 
Donc cette personne c’est Harris Glenn Milstead et c’est Divine. On prononce Divaïne.
Pour vous dire à quel point le mec pèse, c’est qu’il a inspiré la méchante de la petite sirène. Et j’ai pas dit pèse parce qu’il était gros. Ça n’a rien à voir.
 
Si Divine existe, c’est quand même un peu vachement grâce à John Waters. Un réalisateur avec une petite moustache. C’est lui qui l’a nommé Divine, et c’est ses films qui l’ont fait connaître au public.
Le premier c’est Pink Flamingos in the 70’s you know. Pink Flamingos ça veut dire flamant rose en anglais.
C’est un film méga trash avec pleins de personnages complètement pétés. Divine y est la femme la plus répugnante du monde et un couple veut la détrôner, mais elle veut pas. On est typiquement dans un duel du type Rohff/B2O, fin vous situez quoi.
Y’a de la drogue, du trafic de bébés, des meurtres, et à la fin du film elle mange un vrai caca de chien.
 
Ce film a super bien marché dans les séances de minuit aux States. Super undergraound quoi. Parce que volontairement choquant et dérangeant, il a été présenté comme «un exercice de style sur le mauvais goût», un film qui montre des choses que les gens n’avaient jamais vu avant, qui met en scène des marginaux, qui fait vomir les gens en salle et c’est marrant parce que c’est comme la sextape de ma grand-mère un peu.

Divine elle a aussi été une reine du disco. Et son truc dans ses chansons c’est de parler des hommes. Elle se moque de ce que les hommes sont censés être : virils, forts, savoir manier la double hache, se balader torse nu avec des poils en hiver, crier en montrant leurs muscles pour appâter la femelle, en plus des deux que tu as dans chaque bras et de celle qui est dans ta cuisine. Parce que Glenn, il était plutôt timide, prévenant avec les filles. Il aimait la mode, la coiffure et du coup bah harcèlement scolaire-vie pour lui.
En fin de carrière, Divine a fait Hairspray où elle joue une ménagère américaine des 50’s en pastichant les films classiques hollywoodiens de cette époque. Et c’est la consécration. Elle est reconnue du grand public : c’est une star du cinéma. Glenn est mort juste quelques jours après la sortie du film. Dommage.
 
Alors d’après ce que j’ai compris : c’est que Divine c’était une drag queen.
Une drag queen c’est un homme qui se transforme en méga-femme et qui est là pour mettre une ambiance de ouf dans toute sorte de trucs stylés : soirées, défilés, musique, danse, télévision, cinéma…  Donc dans la vie de tous les jours, c’était ni un transsexuel, ni un travesti.
Passer en Divine c’était profiter d’être quelqu’un d’autre pour faire des trucs de foufoufou.
Et vu qu’elle a été connue dans le monde entier, y’en a beaucoup qui voyait une drag queen pour la première fois de leur vie ! Ça a libéré pleins de gens de savoir qu’ils avaient le droit d’être dégueu, en même temps belles, et en même temps gros, et en même temps raffinés et tout et tout.
C’est toujours cool de voir des gens connus qui nous ressemblent un peu, sans ça on n’a pas toujours le courage de faire des choses ou juste d’être nous-même. On a l’impression qu’on n’existe pas de la bonne façon.
 
Voilà Glenn c’était juste un mec qui jouait une femme qui jouait des femmes et ça marchait vachement bien quand même.
Quand je dit marchait je veux dire que ça fonctionnait. Je ne parle pas de l’action qui consiste à mettre un pied devant l’autre pour se déplacer dans l’espace. Et quand je dis l’espace, je ne parle pas du truc avec les galaxies et tout. Nan mais ça porte à confusion. Enfin ça porte pas vraiment, une phrase porte pas des choses mais bon. Vous m’avez compris ? On va dire que oui ? On va dire que oui.
 
Nan mais parce que quand même… Divine quoi.
 
Texte – Guilhem du Fayet 
Illustration – Studio Liu

1 Commentaire

  1. CharliPopins

    Fu** that’s delicious !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *