OPRAH WINFREY

OPRAH WINFREY

Month: February 2018

aka

La femme Alpha des États-Unis d’Amérique

 

Bonjour, c’est HumourMan.

 

Aujourd’hui changement de ton, fini la pêche. On s’attaque à quelque chose qui pèse dans le game avec un indice proche de B20 fois 92.


 
La femme dont on va parler a souvent été définie comme étant la femme la plus influente du monde. C’est la femme Alpha des Etats-Unis, elle a la phobie des chewing-gums et on dit qu’une seule de ses phrases peut faire bouger la bourse américaine, et quand je dis bourse, je ne parle pas de la petite pochette en peau dans laquelle il y a des choses bieeen précieuses. Elle dit un mot, et Wall Street s’emballe. Wow. Paillette paillette et émerveillement.
 
Mesdames, messieurs, voici Oprah Winfrey. En fait son vrai prénom c’est ORpah. Mais passons, bande d’ignorants.
Donc Oprah c’est une présentatrice de télé afro-américaine. Mais c’est aussi une actrice, et surtout une immense femme d’affaire, même si elle fait qu’1m69.
C’est la personne riche la plus noire du monde, mais aussi la riche la plus femme des USA et surtout la plus philanthrope de tous les temps. Philanthrope ça veut dire qu’elle donne beaucoup d’argent à beaucoup de monde. (j’ai inversé des mots dans les phrases comme un filou ! PRANK ! )

Elle avait un Talk-Show et on peut dire que c’est le plus grand de l’histoire de la télévision. Il a duré méga-longtemps (1986-2011) et parce qu’il était original il a influencé presque tout ceux qui ont suivi.

 Donc l’émission globalement c’est Oprah qui dit des trucs et qui reçoit des gens.

Mais elle en fait quelque chose d’un peu plus intime que ce que les USA avaient l’habitude de voir. Plus proche des téléspectateurs, elle parle des faiblesses des invité.e.s avec eux en partageant les siennes et elle en parle toujours de façon très libre. Et les invité.e.s, c’est aussi la force du show. Des femmes, des noirs, des blancs, des politiques, des actrices et acteurs, des gays, des hétéros… et tous elle les recevaient sans prétention, avec sa façon de faire à elle.
 
Et quand on a une audience aussi énorme, on peut dire des choses, faire passer des messages, et c’est là qu’elle devient influente. Oprah y’a beaucoup, beaucoup de gens qui l’aiment bien et qui l’écoutent donc elle en a profité pour donner un espace médiatique à ceux qui en avait peu ou pas du tout et parler de problèmes. Genre les addictions, le manque de confiance en soi, les agressions sexuelles ou le racisme.
C’est chez Oprah que Michael Jackson a dit qu’il avait un vitiligo en 1993, que Ellen Degeneres a fait son coming-out en 1997 ou que Naomi Campbell a parlé de ses soucis de drogues en 2010 pour ne citer que les plus connus. Un épisode a fait une grosse polémique, en 2005, parce qu’ils parlaient d’anulingus sur le plateau. Hihi. Anulingus :p
 
Grâce à Oprah et son influence, des sujets ont pu être soulevé dans les tabloïds et les talk-shows sous les yeux de milliers, de millions de personnes. A tel point qu’elle a été critiquée de re-définir les normes sociales. Les normes sociales, LES NORMES SOCIALES, rien que ça. Ce genre de game mamène.
 
Oprah a reçu aux Golden Globes une méga-coupe pour l’ensemble de sa carrière. C’est une grosse récompense. Et c’est la première femme noire à la recevoir. Dans son discours du coup, entre autres, elle parle de Time’s Up. Pas le jeu. C’est une association qui regroupe pleins de personnalités américaines, femmes et hommes pour combattre le harcèlement sexuel et libérer la parole des victimes.
Et ils étaient tout un méga-gang présent aux Golden Globes, habillés en noir pour montrer leur soutien. C’est pour ça qu’elle dit voir, à l’horizon, “un nouveau jour qui arrivera bientôt pour toute la nouvelle génération”. Un jour où tous ces trucs nuls et méchants et malsains ne resteront pas impunis et, qui sait, n’existeront même plus.

Eh bah Oprah si tu me lis, pleins de gens y travaillent donc ça bouge tranquillement tkt, on va faire ça bien, tu connais, c’est nous le turfu.
 

Dab. Dab. Dab. Dab. Dab. Dab. Dab. Dab. (c’est comme un gif mais à l’écrit !)

 
Texte – Guilhem du Fayet 
Illustration – Studio Liu

Les Trois Boutons – AGNÉS VARDA – 12′

Les Trois Boutons – AGNÉS VARDA – 12′

Month: February 2018

Chez Cacti, on adore le cinéma, surtout quand il est court et intense, alors toutes les semaines on a choisi de vous présenter un court-métrage de quelques minutes, à regarder n’importe où, n’importe quand, et dans n’importe quelle position.

Aujourd’hui on vous présente une de nos réalisatrices préférées, malheureusement on n’a pas pu l’interviewer. Mais pour vous consoler on vous laisse 12 minutes de pur bonheur grâce à ce court-métrage qu’elle a réalisé entre Bonnieux et Paris et qui renverse doucement les clichés sur les petites filles.

Mesdames et Messieurs, Agnès Varda, émerveilleuse infatigable.

Synopsis : 

« Mademoiselle Jasmine! J’ai un colis pour vous! » La jeune fille de 14 ans à l’appareil dentaire qui trayait une chèvre fit une pause. Le facteur avait livré une surprise. Elle l’ouvre. Et du colis jaillit une magnifique robe de gala magenta qui faisait dix fois sa taille. « Je suis curieuse » dit-elle, avant de pénétrer les plis de la robe. A partir de ce moment là, Jasmine nous entraine dans un conte de fée moderne à travers des caves et des stalactites, des rues et du lèche-vitrine, à travers l’obsession et l’émancipation.

 

 

 

Texte – Camille Dochez 
Traduction – Claudia Bortolino

Lettre à Thérèse Clerc (1927-2016)

Lettre à Thérèse Clerc (1927-2016)

Month: February 2018

Lettre à Thérèse Clerc (1927-2016), militante féministe française pour le droit à l’avortement, la libération sexuelle des femmes, et l’autonomisation des femmes en fin de vie.

Chère Thérèzou,

On va bientôt fêter le deuxième anniversaire de ta mort, et pourtant il s’est passé plein de choses dans le monde de l’émancipation des femmes tu sais, pour le meilleur et pour le pire.
Toi qui a été une grande militante pour la libération sexuelle des femmes, écoute un peu ça. Le grand public a enfin découvert ce qu’était qu’un clitoris grâce à une prof de SVT qui a eu la merveilleuse idée d’exposer à ses élèves une maquette de clito à échelle réelle : + 1 point pour le plaisir sexuel des femmes.

Enfin encore faut-il savoir s’en servir, et ça c’est pas gagné.

 
Heureusement, on peut regarder les films de la nouvelle vague de réalisateurs et réalisatrices porno féministes, Erika Lust en tête.
Des femmes qui jouissent pour de vrai dans un porno, t’y crois toi ? Mais si les femmes ont le droit de prendre du plaisir, leur corps est toujours un terrain de combat.
 
Je t’annonce à toi, qui a lutté pour la légalisation de l’avortement, que les États-Unis sont maintenant dirigés par monsieur Donald Trump (connu pour se vanter d’attraper les filles par la chatte, entre autres). Et bien figure toi qu’il a décidé, dès le début de son mandat, de supprimer les financements des ONG qui soutiennent l’IVG. Non non rigole pas, c’est vrai ce que je te dis là.
Donc en gros, si tu luttes pour faire accéder les femmes aux grossesses planifiées le gouvernement des États-Unis ne te donne nothing at all. C’est cool dans le pays où y’a le plus d’ONG au monde.
 
Sinon, t’as raté un sacré mouvement collectif de libération de la parole autour des agressions sexuelles, les #MeToo et #BalanceTonPorc. Des femmes témoignaient sur les réseaux sociaux des agressions qu’elles avaient subies, et parfois en nommant les responsables. L’omerta est levée ! Aah l’internet peut être beau parfois ; les commentaires de certain.e.s sur ces hashtags, malheureusement un peu moins beau ceux d’Éric Zemmour qui compare ça à la dénonciation des juifs pendant la Shoah, faisant sonner instantanément la clochette du point Godwin).
Enfin bref, tu vois le tableau quoi : du bon, du moins bon, mais « on ne mendie pas un juste un droit, on se bat pour lui », et c’est loin d’être fini.
 

Longue vie aux Babayagas !

 
Texte – Clémentine Biard
Illustration – Mademoiselle Ni 

N°2 – CACTI x ROMANESQUE

N°2 – CACTI x ROMANESQUE

Month: February 2018

MAXIME MULLER FAIT DES PHOTOS – Chapitre 2

MAXIME MULLER FAIT DES PHOTOS – Chapitre 2

Month: February 2018

N°2 – GENRE T’AS PAS DE GENRE 

 

Elles se disent qu’elles aussi parfois elles aimeraient bien se raser les cheveux,

Et qu’eux aussi ils aimeraient bien porter des talons,

Qu’on peut faire semblant en étant très sérieux, et être sérieux pour faire semblant.

Selon le dictionnaire : « Une drag queen est une personne (homme, femme, ou non-binaire, bien que les hommes restent majoritaires et plus connus) construisant une identité féminine volontairement basée sur des archétypes de façon temporaire, le temps d’un jeu de rôle. Ces personnes peuvent revendiquer toute identité de genre. Les drag queens construisent leur identité (pas exclusivement l’identité de genre) à travers la féminité, généralement dans un but d’animation ou dans le cadre d’un spectacle incluant du chant, de la danse, du lip-sync, du stand-up, de l’imitation ».

– Tu arrives encore à dormir ? Tu as peur ?

– Oui, j’ai peur du noir et blanc.

 

Judith Butler elle dit :

“Le genre est une pratique d’improvisation dans une scène de contrainte.”

ALORS 

Les Drag-Queens sont les clowns-auguste de cette scène.

 

RENDEZ-VOUS JEUDI 1er MARS POUR DE NOUVELLES AVENTURES 

Illustration – Studio Liu 
Texte – Camille Dochez & Maxime Muller