Mes enfants, l’heure du dernier cours a sonné. Hugh Hefner, repose en paix, que ton âme bénisse cette chronique ! Je vous entends déjà sortir vos mouchoirs, en pleurant vos mères. Et bien gardez vos mouchoirs, mais ne vous en servez pas pour essuyer vos yeux, car pour ce dernier cours nous nous acharnerons à trouver les mécanismes de la branlette idéale.

La semaine dernière nous avons remarqué qu’une bonne partie de l’industrie du porno mainstream est un monde vérolé dans lequel on drogue les actrices au Lexomyl pour les fourrer de bites géantes et où les acteurs se gavent de Viagra pour bander comme des taureaux pendant 8 heures. Autant dire une belle mascarade dégueulasse qu’on se farcit gratuitement sur des sites très (trop ?) facilement libres d’accès.
On a aussi appris que dans la majorité du porno d’aujourd’hui, les deux sexes sont objectifiés : La femme ; objet de désir, se doit d’être souple, bien épilée et bruyante. L’homme ; machine de guerre, mélange de Tortank et de DSK, se doit d’avoir un énorme sexe et de pouvoir enchaîner 36 femmes à la suite sans perdre de sa superbe. Autant dire une construction d’une sexualité légèrement divergente.
 
Malheureusement on a une fâcheuse tendance à se calquer là-dessus. Et c’est là que se trouve tout le noyau du problème les bambinos. On ne sait plus où trouver le plaisir quand il sonne à la porte, persuadés qu’il se trouve dans une levrette sans âme.
 

Enfants du Porno, où est notre salut ?
 
Tout d’abord, focalisons-nous sur ce qui nous incite à en regarder.
La question que je vous pose aujourd’hui les gosses, c’est qu’est ce qui vous excite ?
Analyse de ce frisson légendaire qui nous ouvre le ventre et nous fait transpirer la nuque.
 
Tout le monde est excité par des choses diverses et variées. Si Antonio est ému par la ligne d’une fesse, Gaspard par un hot-dog au fromage, Fatou par les diplodocus et moi-même par les avant-bras (?), nous sommes tous d’accord pour dire que les détails, la situation et les sensations ne sont jamais les mêmes en fonction de la personne. Le sexe n’est pas caractéristique d’un genre, le sexe c’est qu’une question de détails. La fébrilité d’un geste, un frémissement, ou une bonne poignée de main bien sentie. Tout ce qui nous incite au sexe, c’est ce moment où quelqu’un te met à l’envers avant même de t’avoir touché, et ça, c’est une problématique universelle.
 
Mais jusqu’ici je ne vous apprends rien, j’en conviens. Et puis j’entends déjà l’autre trouduc’ de Gaspard dire : « Oui mais c’est pas du tout consensuel de parler de ça à des enfants de 8 ans. » Écoute, de toute façon tout le monde sait ici qu’on peut pas t’encadrer Gaspard donc tu seras gentil de la fermer.

Mes enfants, pour cette dernière chronique sur le porno, j’aimerais que nous nous focalisions sur la part de lumière que le porno nous apporte. Ce porno fantastique qui brille dans nos dimanches après-midis, ou dans nos nuits d’insomnie.
 
Ce porno qui se réclame plus d’une sexualité authentik (NDLR: Booba), plus réaliste, plus proche d’une sexualité de tous les jours, LA nouvelle vague du porno.
C’est un porno qui existe, qu’il faut savoir trouver, qu’il faut apprendre à chercher, bien loin des automatismes YouPorn. Nous parlerons ici de porno éthique.
 
Angie Rowntree co-fondatrice d’Ethical Porn  défini le porno éthique comme :
 « Du contenu pour adultes, consensuel et transparent, crée dans un environnement safe et respectueux, qui ne contribue pas à creuser les inégalités sociales. » […]
Et Erika Lust (que nous introduirons plus tard) rajoute :
« Quand le processus de production est éthique, les spectateurs peuvent dire qui fait le film et qui est derrière la caméra, ils savent que les acteurs et actrices ont été payés correctement pour leur travail, qu’ils ne sont pas mineurs et que le film a été créé sur les bases du consentement et du plaisir. »
Et là vous vous demandez, mais où est ce qu’elle veut en venir la maîtresse parce que là ça fait deux pages qu’elle brasse du vent la pauvre.
Attends.
Attends encore.
Ah voilà !
 

Pourquoi le porno féministe aujourd’hui est la meilleure alternative pour un porno éthique ?
 
J’en vois déjà certains rouler des yeux, Gaspard, tu sais que je te hais de toute façon.
Dégage de ma classe.
 
Attention quand je parle de porno féministe, je ne parle en aucun cas des pornos « pour femmes ». Le porn marketé « female-friendly » est souvent basé sur une vison sexiste et biaisé de la sexualité féminine, qui suppose que les femmes cherchent du porno avec plus de douceur, de soft et de caresses, bannissant par la même occasion les éjaculations faciales et le sexe anal. Ce genre de productions, souvent réalisées sous un point de vue masculin, ne représentent en aucun cas le porno féministe que je vais m’atteler à défendre d’ici les prochaines lignes.
 
Car oui, le porno féministe représente ce qui se fait de mieux en porno aujourd’hui, parce que les films sont tournés de manière éthique, que tous les genres, corps, sexualités et fétichismes sont représentés, sans tabous, dans un respect total, et avec une seule et unique quête commune à tout le monde : Le plaisir. La branlette idéale, sans se sentir coupable d’avoir regardé une femme se faire à moitié violer sur un canapé en cuir blanc.
Erika Lust, une des réalisatrice/productrice les plus active dans le monde du porno déclare :
«  Je pense qu’une réelle prise de pouvoir dans le porno ne peut se faire qu’à travers des prises de décisions plus importantes au niveau de la production et de la diffusion. Et cela inclut d’avoir des femmes dans les postes de direction comme réalisatrices, productrices, directrices artistiques, directrices de la photo… » Erika Lust pour Le Tag Parfait 
C’est d’ailleurs pour ça qu’aujourd’hui, Erika possède plusieurs plateformes de vidéos pornographiques, dont Lust Cinéma qui recense aujourd’hui plus de 60 réalisateurs et réalisatrices œuvrant pour un porno éthique et féministe.
Mais qu’on soit bien d’accord, ce qui est fantastique avec le porno féministe, c’est que ce n’est pas du porno POUR femmes, c’est du porno qui prône l’égalité entre les sexes, du porno pour TOUT LE MONDE. Car oui, au cas où certains d’entre vous ne seraient pas encore au courant, la définition officielle du féminisme c’est ça :
« Définir, établir, et atteindre l’égalité entre les femmes et les hommes. » 
En dehors du fait que le porno féministe s’appelle féministe, c’est d’abord un porno bandant pour tout le monde. Sans exceptions.
Fini les vidéos de 3 minutes qui se concentrent sur la pénétration homme-femme, bienvenue dans le monde fabuleux de la sexualité multiple, qui repousse les attentes du spectateur, les limites extrêmes de l’excitation, attendez vous à éponger la sueur qui coule dans votre dos, et à calmer les poils de vos avant-bras.
 
« MAIS BORDEL DONNE-NOUS DES ADRESSES MAITRESSE  !! »
Antonio déjà tu t’assois, tu ramasses ton t-shirt que tu viens de déchirer et tu vas me boire cette camomille.
 
Le porno, ce n’est pas néfaste, ce n’est pas honteux, ce n’est pas sale. Il suffit juste de se responsabiliser en tant que consommateurs. Se responsabiliser par rapport à ce qu’on regarde. Le porno est composé de trop de catégories pour qu’on en parle en bien ou en mal, la seule question qu’il est nécessaire de se poser est ; quels sont les modèles qu’il véhicule. Le porno est un genre pluriel qui a beaucoup plus à offrir que des clichés sexistes et des orgasmes vénéneux.
Alors, t’en a envie ? T’en veux ? Tiens.

 


Adresse et sites de porno éthique & responsable
 
I FEEL MYSELF – Free
Un site qui se concentre exclusivement sur la masturbation féminine. Que dire de plus finalement. On est d’ailleurs super bien accueilli par la vidéo de la page principale.
EroticFilms – VOD
C’est le Netflix des films pour adultes, crée par Madame Erika Lust, ErocticFilms propose un choix impressionnant de films érotiques, pornographiques, des perles du porn-chic, softcore et hardcore. Il y en a pour tous les goûts, les films sont en locations (entre 3€ et 6€). Mais je vous assure que ça les vaut.
TrenchCOATX – VOD ou abonnement
TrenchCoatX c’est un site qui croit en un porn de qualité, avec des prix juste pour ses spectateurs, mais aussi et surtout des paies justes pour les gens qui travaillent pour leurs vidéos. Vous pouvez y trouver des petites perles comme How To Blow Job, et surtout pleins pleins de vidéos avec Manuel Ferrara. Le mieux, c’est qu’avec un abonnement à 9$, ont peut télécharger toutes le vidéos du site. Oui.
Buck Angel – Abonnement
« Pour les hommes avec des chattes. » Au moins ça a le mérite d’être clair. Un site qui (s)explore le porno queer, et en particulier le porno trans. Mené par la figure mondialement connue Buck Angel, (créateur du premier sex-toy pour les trans), le site contient une centaine de vidéos, et se veut très éducatif afin que les générations futures grandissent dans une plus grande fluidité concernant les genres.
Chaturbate – Free
Chaturbate c’est le site de Cam-girls/boys/queer par excellence, vous pouvez trouver de tout, en illimité, toute la journée, tout le monde fait sa vie, et si vous êtes content vous donnez des sous. C’est aussi simple que ça, et les gens ils sont très gentils. Ils ont même crée les Chaturbate Female Empowerment Award qui récompensent celles qui ont changé l’industrie (en mieux) envers et contre tout.
 
Documentaires et articles sur l’industrie du Porno
Pornocratie – Ovidie – Documentaire
What Does a Feminist Porn set look like ? – TrouBleFilms – Témoignages
Guide du porno féministe – Le Tag Parfait
Guide du porno Queer – Le Tag Parfait
Rocco – Thierry Demaizière et Alban Teurlai – Documentaire
How to watch porn without being a dick – Vice – Article

Texte: Camille Dochez